Go to Top

Trahison et changement, Marie-Thérèse CARLEVARIS

Pour les vacances d'été, on fait le point en douceur sur les sujets humains.

On adore Marie-Thérèse CARLEVARIS, son point sur les relations entre les Hommes.

Quatrième de couverture : Ange et démon : ainsi Pascal décrit l'homme. La famille est le premier groupe social, humain, où la trahison devrait être absente par nature. Voit-on, parmi les mammifères sains d'esprit, la mère dévorer son petit ou le fils dévorer la mère, tant qu'il la reconnaît comme telle ? Ce dernier cas, dans le mode humain, est pourtant possible, par cupidité, par narcissisme, par désir de puissance, par égoïsme, par fuite, par défi et envie de libération. Aussi tragique soit-il, ce phénomène existe et est parmi les blessures les plus douloureuses psychiquement pour celui ou celle qui le subit, mais probablement aussi le plus nourricier, paradoxalement, pour les deux parties.

, , , , , , , , , , ,

Laisser un commentaire

Afficher
Masquer