L’origine de l’intrusion aurait été localisée en Chine. Si la cible semble avoir été les données personnelles d’identification des employés américains, le but de l’opération semble floue, tant l’étendue et la quantité de données récupérée est importante. Dans le passé, la plupart des cyber-attaques chinoises aux Etats-Unis étaient généralement focalisées sur l’espionnage industriel.

Une faille dans la protection des données

Cité par le New York Times, le représentant de Californie Adam B. Schiff, par ailleurs membre du United States Senate Select Committee on Intelligence (SSCI), chargé de la surveillance du renseignement américain, a qualifié cette attaque de “choquante car beaucoup d’américains sont en droit d'attendre que le système informatique fédéral soit protégé en bonne et due forme par nos renseignements”.

L’Agence américaine de sécurité a décidé de renforcer sa surveillance des hackers étrangers, notamment grâce à l’extension de son mandat qui selon le New York Timespourrait également permettre de balayer des informations liées à un grand nombre d’américains innocents”.

Les Etats-Unis avertis des failles

Dans l’article du 5 juin, le quotidien américain révélait que l’administration américaine avait été avertie en novembre par les autorités compétentes que “le système de sécurité informatique de l’agence fédérale est le rêve des hackers chinois”.

Ce qui fait dire à un ancien cadre de l’administration fédérale américaine, cité par le New York Times, que le “mystère n’est pas comment les chinois ont réussi à prendre toutes ses informations mais pourquoi ils ont attendus aussi longtemps”.